A tous les visiteurs et amis du site

Votre adresse IP est
.


    
Si vous naviguiez avec Internet Explorer prenez le temps de lire cette notice...
Ce site est construit sur base des normalisations proposées par le W3C et malheureusement Internet Explorer ne supporte pas encore parfaitement ces normes. Il pourrait donc arriver que votre navigateur n'affiche pas correctement ce site. Nous vous recommandons d'essayer un navigateur supportant mieux les normes du W3C tel que Mozilla Firefox. ]


       

       
LE KSAR EL HALLOUF
LA FORTIFICATION DU SANGLIER


       Un ksar, au pluriel ksour, le mot ksar est emprunté à l'arabe qasr « château », « village fortifié », qui vient lui-même du latin castrum « fort » ou « place forte », en berbère, le mot équivalent est ighrem. Ce sont souvent de véritables fortifications d’architecture berbère, combinant greniers et habitations, composé de cellules, appelées ghorfas, petites pièces de quatre à cinq mètres de profondeur et deux mètres de hauteur et de largeur, elles servent à stocker sur de longues périodes, jusqu'à sept années de sécheresse, des produits alimentaires : les céréales dans la partie basse, éventuellement dans des compartiments séparés par des murets, des olives et des fromages dans la partie haute aérée par deux trous d'ouverture dans les murs extérieur et intérieur.
       Les différentes ghorfas sont mitoyennes mais ne communiquent pas entre elles, sauf si elles appartiennent à un même propriétaire, elles sont pas toujours au même niveau.
       Ces ghorfas sont construites autour d’une cour centrale, cette cour sert à la vie sociale : on peut s'y réunir, accueillir les visiteurs et effectuer des transactions commerciales.
       Le ksar est généralement pourvu d'une seule entrée, protégée par une porte. Le nombre de ghorfas par ksar a une moyenne comprise entre 150 et 200.
       Les plus anciennes inscriptions trouvées sur les murs des ghorfas remontent à la période des invasions arabes-hilaliennes nomades. Des phéniciens aux byzantins, le sud-est tunisien n'ayant pas connu de véritable peuplement, après les invasions hilaliennes au XIe siècle, les Berbères sont refoulés dans les montagnes quand les Arabes nomades occupent les plaines. Les rapports entre ces deux peuples sont tendus, elles hésitent entre la guerre ou la paix, ce qui obligera les Berbères à construire ces fortifications pour mettre à l’abri leurs biens. Les rapports entre ces 2 ethnies aboutiront à la complémentarité basée sur des échanges de produits de montagne et de plaine.
       








































RETOUR AU MENU